Road initiative

 

ROAD is an international network of researchers whose objective is to gather and foster research and study about enforced disappearances from an interdisciplinary and comparative perspective. Its scope is intended to be global in order to guarantee a geopolitical plurality of analyzes as well as a diversity of theoretical, methodological and empirical contributions. Thus, it seeks to guarantee a space for reflection among researchers dedicated to analyzing the dynamics linked to contexts of extreme violence, which occurred in democratic or authoritarian regimes. Although the manifestations of socio-political violence that occurred under military dictatorships or authoritarian regimes were common, today we see that they are expressed in countries that claim to be democratic.

In this way, ROAD creates space to debate new theoretical categories, different disciplinary views, various epistemological and methodological tools, from which research is carried out in contexts crossed by structural, daily and extreme violence.

The occurrence of the disappearance has consequences that must be analyzed in an interdisciplinary and comparative way. The legacy of enforced disappearances requires analysis from a social, political and legal perspective, in addition to other epistemological and methodological approaches so that all impacts on social dynamics are considered. For this reason, the network brings together researchers from different disciplinary areas and activities and is at the intersection between law, sociology, anthropology, psychology, history and other fields of knowledge.

Enforced disappearances generate a succession of problematic situations for the groups or societies concerned: from the time of the report of the disappearance, until the time when unidentified human remains are discovered or until collective recognition that the disappeared will never come back. Therefore, there are important discussions about the legal category of disappearance in local or international law, but also analysis about the psychosocial reflexes in the family group and society, the need for memorialization, ritual and memory treatment of the missing persons, the investigation of the circumstances surrounding the disappearance and the right to the truth, the discovery of mass graves with remains unidentified, the legal status of human remains and the law of the dead, enforced disappearance in state prisons, responsibility of the state and its agents, enforced disappearances in times of conflict and under democratic regimes, the action of militias and parastatal groups in the case of forced disappearances, the role played by state bureaucratic apparatus, the definition of victim, the reparation due to family members and other issues that permeate the phenomenon directly or tangentially.

In the same sense, the ROAD network aims to inventory and study the methods of enforced disappearance, in contexts of war and as in contexts of peace, in democratic spaces as in authoritarian regimes, through the creation of a global Observatory on disappearances, which may establish partnerships with university or humanitarian initiatives in Europe, Latin America and elsewhere in the world.

 

ROAD est un réseau international de chercheurs, dont l’objectif est de rassembler et d’encourager les études sur les disparitions forcées, dans une perspective interdisciplinaire et comparative. Ce réseau vise à avoir une portée mondiale afin de garantir une pluralité géopolitique d’analyses ainsi qu’une diversité de contributions théoriques, méthodologiques et empiriques. Son objectif est d’assurer un espace de réflexion entre chercheurs travaillant à l’analyse des dynamiques liées aux contextes de violence extrême, en régimes démocratiques tout autant qu’autoritaires. En effet, bien que les manifestations de violence sociopolitique extrême (et notamment les disparitions forcées) sont le plus souvent le fait de dictatures militaires ou de régimes autoritaires, elles ont également lieu en contexte démocratique sans avoir pour l’instant généré d’études spécifiques  globales.

Le réseau ROAD propose à cet égard de débattre de nouvelles catégories théoriques, de différentes perspectives disciplinaires, de divers outils épistémologiques et méthodologiques, à partir desquels peuvent être appréhendées les violences structurelles, quotidiennes et extrêmes telles que les disparitions forcée.

En effet, la survenue de ces violences a des conséquences qui doivent être analysées de manière interdisciplinaire et comparative. L’impact des disparitions forcées nécessite notamment de croiser une perspective sociale, politique et juridique, en plus d’autres approches épistémologiques et méthodologiques afin que tous les effets des disparitions sur la dynamique sociale puissent être pris en compte. Pour cette raison, le réseau rassemble des chercheurs de différents domaines disciplinaires, à l’intersection du droit, de la sociologie, de l’anthropologie sociale et médico-légale, de la psychologie, de l’histoire et d’autres domaines de la connaissance.

Les disparitions forcées génèrent en effet une succession de situations problématiques pour les groupes ou sociétés concernés: depuis le moment du signalement de la disparition, jusqu’au moment où des restes humains non identifiés sont découverts ou bien jusqu’à la reconnaissance collective que les disparus ne reviendront jamais. La catégorie légale de disparition fait l’objet de discussion au sein des législations nationales et internationales, mais le phénomène de la disparition suscite aussi une large variété de travaux portant par exemple sur les effets psychosociaux dans le groupe familial et la société, la nécessité de la commémoration et le traitement rituel et mémoriel des personnes disparues, l’enquête sur la les circonstances entourant la disparition et le droit à la vérité, la découverte de charniers contenant des dépouilles non identifiées et le statut juridique des restes humains  ou le droit des morts, la disparition forcée dans les prisons d’État et la responsabilité de l’État ou de ses agents, les disparitions forcées dans en temps de conflit et sous des régimes démocratiques, l’action des milices et des groupes para-étatiques lors de disparitions forcées, le rôle joué par l’appareil bureaucratique de l’État, la définition de la victime, la réparation due aux membres de la famille et bien d’autres questions reliées directement ou indirectement à ce phénomène.

De ce fait le réseau ROAD vise également à inventorier et étudier les modalités de la disparition forcée, dans des contextes de guerre comme dans des contextes de paix, dans des espaces démocratiques comme dans des régimes autoritaires, à travers la création d’un Observatoire mondial des disparitions, et pourra établir des partenariats avec d’autres initiatives universitaires ou humanitaires en Europe, en Amérique Latine et ailleurs dans le monde.